La guerre hybride: encadrer le discours

Outre les militaires de haut niveau et les décideurs politiques, des institutions et organisations de recherche occidentales s’impliquent dans l’étude du phénomène de la guerre hybride (qui est devenu un domaine interdisciplinaire). L’Université arctique norvégienne, par exemple, dispose d’un groupe de recherche sur la zone grise et la guerre hybride. Il compte 20 membres, dont sept professeurs. Les domaines de recherche comprennent la géopolitique, la technologie, le droit et la sociologie. Les résultats sont des propositions de gestion des conflits, de stratégies, de défense, etc. Le site Web du groupe indique que “nous explorons à la fois la manière dont ces concepts sont définis et compris, ainsi que les différentes menaces et la manière dont elles sont perçues, de l’individu et du public aux niveaux national et international. Nos sujets de recherche incluent : “Personnes”, “Géopolitique”, “Droit” et “Technologie”. Nous examinons les différentes manières de gérer les menaces, les crises et les guerres possibles, y compris la préparation locale et la confiance du public, les stratégies de préparation nationales, la défense commune, les approches pan-gouvernementales et intégrées. Nous souhaitons comprendre les complexités du vaste tableau des menaces, de l’utilisation de la désinformation et des opérations psychologiques/d’information aux cyberattaques sur les infrastructures et aux incursions militaires qui conduisent à l’érosion de la confiance et de la sécurité dans les sociétés” (1).

L’une des publications d’un auteur de ce groupe, Krister Pursiainen, porte sur l’infrastructure critique de la Russie (2). Elle fournit une analyse des définitions, une liste des installations et des structures qui traitent de la sécurité dans leur domaine.

La responsable du groupe, le professeur Gunhild Hoogensen Gjorv, est également l’une des responsables du groupe international EU-HYBNET, un réseau paneuropéen de lutte contre les menaces hybrides qui est financé par la Commission européenne dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’UE et lancé en mai 2020 (le projet lui-même est d’une durée de 60 mois, soit cinq ans). Le projet est coordonné par l’Université des sciences appliquées d’Espoo, en Finlande.

Le réseau comprend le Centre d’excellence européen pour les menaces hybrides (European Hybrid CoE (3), le Centre de ressources communes de la Commission européenne (4), l’Organisation européenne pour la sécurité (5) représentant la communauté des chercheurs et des CSI de 15 pays de l’UE, la Plate-forme polonaise pour la sécurité intérieure et plusieurs autres institutions, organisations et agences gouvernementales de toute l’Europe.

Il ressort de ces publications que les auteurs de l’équipe de recherche de l’Université de l’Arctique adoptent une large approche interdisciplinaire. Par exemple, dans une publication, Gunhild Hoogensen Gjorv écrit que “bien qu’il n’existe pas de définition convenue des menaces et/ou de la guerre hybrides, certaines caractéristiques peuvent être mises en évidence. En général, la guerre hybride 1) utilise une combinaison de techniques militaires et non militaires, englobant les domaines militaire, politique, économique, civil et de l’information ; 2) l’adversaire est souvent caché ou dispersé et peut être un acteur étatique ou non étatique (ou les deux) ; 3) elle contrôle le récit par des combinaisons d’informations et de désinformation ; 4) elle utilise des cyberattaques contre des infrastructures critiques ; 5) elle est conçue pour déstabiliser ou affaiblir la cible, ce qui se traduit par des attaques souvent inférieures aux “seuils définis par l’article 5 de l’OTAN”. En bref, cela conduit à une distinction floue entre la paix et le conflit. La guerre hybride s’appuie fortement sur des sphères non militaires. Les civils jouent un rôle central dans le conflit en tant que source de vulnérabilité sociopolitique potentielle pour la société et en tant que cibles de menaces et d’attaques non militaires, y compris de campagnes de désinformation” (6).

Un autre article examine la question du genre dans le contexte des menaces hybrides. Il indique que “la dynamique qui sous-tend les menaces hybrides démontre la complexité des différentes manières dont le genre et les autres marqueurs d’identité sont définis et manipulés pour atteindre des objectifs spécifiques. Le genre est un concept relatif dont la construction varie en fonction de l’espace géographique et du temps. L’influence des constructions de genre doit être comprise en relation avec d’autres catégories et hiérarchies de pouvoir socialement construites, telles que la race et la classe. La conceptualisation et la définition du genre sont très fluides et dynamiques, en fonction des événements et des acteurs impliqués dans le processus de construction. Les catégories de genre peuvent être manipulées et modifiées dans les discours, utilisées en politique ou reconstruites par les individus et les communautés pour répondre à la vulnérabilité sociale. Les menaces hybrides … montrent comment le genre est complexe et s’entrecroise avec d’autres identités. Dans les situations de menace qui se concentrent sur les identités (généralement) marginalisées ou non dominantes, l’identité de l’autre est créée par rapport à soi-même et posée comme anormale, ne correspondant pas au groupe dominant” (7).

Il convient de noter que l’article fait référence à des dimensions mondiales, ce qui indique une tentative des pays de l’OTAN d’élaborer un plan d’action en dehors de leur domaine d’expertise. “L’utilisation d’approches intersectorielles de l’analyse nous permet de comprendre des régions plus vastes et plus complexes qui sont de plus en plus ciblées par des menaces hybrides. Mais nous devons aller plus loin. Certaines recherches s’accumulent sur les démocraties du nord du monde, mais on en fait moins sur le sud du monde, où un nombre croissant de nouvelles démocraties émergentes peuvent être extrêmement vulnérables à d’éventuelles opérations d’influence et de désinformation. Il existe une lacune dans la littérature qui explore les divers aspects des menaces et des guerres hybrides dans le sud du monde, en particulier en Afrique. La littérature existante sur les cas africains fait très peu de recherches sur la mesure dans laquelle la technologie affecte les institutions, la gestion de crise ou les normes (et vice versa) ” (8).

Étant donné l’activisme politique des États-Unis dans la diffusion de l’idéologie des minorités sexuelles sous le couvert de la normalité, on peut dire que la Maison Blanche et le Département d’État américain mènent une guerre hybride en instrumentalisant le genre comme objectif politique.

Le numéro de février 2022 de leur lettre d’information aborde le thème de la manipulation et de l’interférence des informations. “L’action proposée est considérée comme un moyen de renforcer la réponse paneuropéenne aux menaces hybrides survenant dans le domaine de l’information. En outre, les actions proposées pourraient être un moyen de soutenir la mise en œuvre du système d’alerte rapide des États membres de l’UE et la mise en œuvre du plan d’action de l’UE pour la démocratie, axé sur la “lutte contre la désinformation, l’ingérence étrangère et les opérations d’ingérence dans l’information”. La solution proposée contribuerait également aux actions prévues dans la stratégie de sécurité de l’UE en mettant l’accent sur les menaces hybrides.

Un autre membre du groupe, Arsalan Bilal, a publié son texte directement sur le site de l’OTAN. Il stipule que “la guerre hybride implique l’interaction ou la fusion d’instruments de pouvoir conventionnels et non conventionnels et d’instruments de subversion. Ces outils se combinent de manière synchronisée pour exploiter les vulnérabilités de l’antagoniste et obtenir des effets synergiques. L’objectif de la combinaison d’outils cinétiques et de tactiques non cinétiques est d’infliger des dommages à l’État en guerre de manière optimale. En outre, la guerre hybride présente deux caractéristiques distinctives. Premièrement, la frontière entre la guerre et le temps de paix devient floue. Cela signifie qu’il est difficile de définir ou de distinguer le seuil de la guerre. La guerre devient insaisissable car elle est difficile à mettre en œuvre.

La guerre hybride en deçà du seuil de la guerre ou de la violence ouverte et directe rapporte des dividendes, même si elle est plus facile, moins chère et moins risquée que les opérations cinétiques. Il est beaucoup plus facile, disons, de parrainer et de diffuser de la désinformation en collaboration avec des acteurs non étatiques que d’introduire des chars sur le territoire d’un autre pays ou de faire voler des avions de chasse dans son espace aérien. Les coûts et les risques sont sensiblement moindres, mais les dégâts sont réels. La question clé ici est : peut-il y avoir une guerre sans hostilités directes ou confrontation physique ? Étant donné que la guerre hybride imprègne les conflits interétatiques, on peut répondre à cette question par l’affirmative. Elle reste également étroitement liée à la philosophie de la guerre. L’art suprême de la guerre consiste à soumettre l’ennemi sans combattre, comme le suggérait l’antique stratège militaire chinois Sun Tzu.

La deuxième caractéristique déterminante de la guerre hybride concerne l’ambiguïté et l’attribution. Les attaques hybrides ont tendance à se caractériser par une grande ambiguïté. Cette ambiguïté est délibérément créée et étendue par les acteurs hybrides afin de compliquer l’attribution ainsi que la réponse. En d’autres termes, le pays visé est soit incapable de détecter l’attaque hybride, soit incapable de l’attribuer à un État susceptible de la perpétrer ou de la parrainer. En utilisant les seuils de détection et d’attribution, l’acteur hybride rend difficile pour l’État cible l’élaboration de réponses politiques et stratégiques… La guerre hybride rend la dynamique du conflit peu claire non seulement parce qu’elle offre une boîte à outils vaste et en expansion pour miner l’ennemi, mais aussi parce qu’elle permet de miner sa sécurité sur deux fronts simultanément. Cela s’applique également aux objectifs primordiaux de la guerre hybride. Le front des capacités exploite les vulnérabilités de l’État cible dans les sphères politique, militaire, économique, sociale, informationnelle et infrastructurelle jusqu’à l’affaiblir de manière tangible et fonctionnelle” (10).

Bilal qualifie le paysage complexe du conflit lui-même de zone grise, confondant ainsi les deux concepts. Selon cette approche, une guerre hybride elle-même peut se dérouler dans une zone grise, tandis que la zone grise crée par conséquent les conditions d’une guerre hybride.

Ensuite, selon la logique de Bilal, la Russie n’a pas mené de guerre hybride contre l’Ukraine en 2014, lorsque les troupes russes sont arrivées en Crimée, car il s’agit d’un niveau différent et évident d’utilisation des forces armées. Mais alors, pourquoi les représentants de l’OTAN et de l’Ukraine ont-ils constamment accusé la Russie de mener une guerre hybride ? La pluralité des interprétations de ce terme continue de différer de façon spectaculaire.

Les chercheurs de l’Université de la défense nationale de Suède ont également tendance à confondre zone grise et guerre hybride. Dans une monographie sur le sujet, ils écrivent que “l’environnement de sécurité internationale a évolué ces dernières années en une zone instable et de plus en plus grise de guerre et de paix. Les défis de sécurité posés par les menaces et les guerres hybrides figurent désormais en bonne place sur l’agenda de la sécurité dans le monde entier. Cependant, malgré l’attention et le nombre croissant de recherches sur des questions spécifiques, il existe un besoin urgent de recherches qui attirent l’attention sur la façon dont ces questions peuvent être abordées afin de développer une approche globale pour identifier, analyser et contrer la violence liée au sexe” (11).

Il est intéressant de noter qu’un chapitre a inclus le référendum catalan sur l’indépendance en Espagne parmi les cas de guerre hybride. Cependant, il a été déclaré (sans aucune preuve) que les forces de sécurité russes étaient impliquées dans ce projet.

Ainsi, nous pouvons constater que la guerre hybride en Occident devient un concept de plus en plus confus et flou, mais de plus en plus commode à utiliser à des fins politiques, car pratiquement n’importe quel domaine de la vie peut être attribué à la guerre hybride et ainsi justifier l’ingérence des gouvernements dans la vie privée, restreindre les droits et libertés des citoyens, et justifier leurs propres échecs, leur corruption et leur ignorance par certaines menaces hybrides émanant d’autres États.

https://www.geopolitika.ru/fr/article/la-guerre-hybride-encadrer-le-discours
———————————————————————————————

Sources :

1) https://uit.no/research/thegreyzone

2 Christer Pursiainen. Russia’s Critical Infrastructure Policy: What do we Know About it? European Journal for Security Research (2021) 6:21–38. https://doi.org/10.1007/s41125-020-00070-0

https://www.hybridcoe.fi/

https://ec.europa.eu/info/index_en

http://www.eos-eu.com/

6 Gunhild Hoogensen Gjørv. Hybrid Warfare and the Role Civilians Play, Aug 2, 2018.

https://www.e-ir.info/2018/08/02/hybrid-warfare-and-the-r

7 Jane Freedman, Gunhild Hoogensen Gjørv, Velomahanina Razakamaharavo. Identity, stability, Hybrid Threats and Disinformation // Icono 19 (1), 2021. Р. 43. doi:10.7195/ri14.v19i1.1618

https://uit.no/Content/713066/cache=20210201130129/2021%2

8 Ibidem. Р. 61.

9 EU-HYBNET Policy Brief No3. Information Manipulation and Interference. Empowering a Pan-European Network to Counter Hybrid Threats, February 2022. Р. 4.

https://euhybnet.eu/wp-content/uploads/2022/02/EU-HYBNET_

10 Arsalan Bilal. Hybrid Warfare – New Threats, Complexity, and ‘Trust’ as the Antidote. 30 November 2021.

https://www.nato.int/docu/review/articles/2021/11/30/hybr

11 Niklas Nilsson, Mikael Weissmann, Björn Palmertz, Per Thunholm and Henrik Häggström. Hybrid Warfare – Security and Asymmetric Conflict in International Relations. Bloomsbury Publishing, 2021.

0 thoughts on “La guerre hybride: encadrer le discours

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *